Tony Lewis a obtenu un baccalauréat au Jefferson College en Pennsylvanie, puis une maîtrise en 2012 à l’Art Institute de Chigago. Incorporant toujours des éléments calligraphiques, les larges œuvres de Lewis explorent les formes et les effets du langage. D’origine afro-américaine, l’artiste décompose des mots ou phrases à connotations politique, raciale ou personnelle. Lewis déconstruit les mots pour en découvrir les multiples facettes, mais aussi les limites; ses œuvres sont souvent floues et fragmentées. Comme tous les langages (selon l’artiste), les écritures dans ses œuvres manquent de clarté et possèdent d’inévitables limitations.

L’œuvre Dontoe (2014) fait partie d’une série de dessins explorant ces considérations linguistiques; les écritures deviennent une nouvelle forme de langage que le spectateur est forcé d’interpréter par lui-même. Dontoe (2014) fut créée par un processus d’écriture automatique, l’artiste a couvert la toile d’un papier de ruban adhésif et a appliqué de la peinture. Finalement, il a étalé grossièrement de la poudre graphite pour renforcer l’imprécision autour du mot choisi.

Clouée à même les murs de l’Arsenal, l’œuvre 6. Have a Firm Handshake (2014) constitue un réseau d’élastiques de caoutchouc et de clous entourés de taches et de traces de doigt. Lewis s’approprie ici une phrase du livre bestseller Life’s Little Instruction Book de H. Jackson Brown, Jr. L’aspect brouillon de l’œuvre contraste avec la rigueur calligraphique employée par l’artiste. 6. Have a Firm Handshake dégage une certaine agressivité et commente ironiquement l’aspect directif du texte lui-même.

Artiste représenté par Shane Campbell Gallery et Massimo De Carlo.

Site Web de l’artiste

Oeuvres

Dontoe, 2014, Graphite on paper